Historique

En 1903, la chaire d’anatomie pathologique de la Faculté de médecine nouvellement créée fut confiée au Dr Achille Daigle. En 1909, le Dr Eugène Latreille succéda au Dr Daigle. Lorsque la Faculté de médecine devint autonome en 1920, l’anatomie pathologique fut reconnue comme discipline, ce qui amena la création du Département d’anatomie pathologique et le Dr Latreille continua de diriger ce département jusqu’en 1926. De 1927 à 1959, le Dr Pierre Masson fut à la tête du département. Tout en veillant à la gestion de l’unité, il continua l’enseignement et ses travaux de recherche. Le Dr Masson est connu pour son ouvrage Tumeurs : diagnostics histologiques, édité en 1923 et réédité en 1956 sous le titre Tumeurs humaines : histologie, diagnostics et techniques, qui a été un ouvrage de référence longtemps utilisé par les histopathologistes. Le professeur Masson fut également l’inventeur d’une technique de coloration qui est devenue la norme en histopathologie : la coloration trichrome de Masson. Il joua un rôle primordial dans la formation des futurs anatomopathologistes francophones du Québec et fut intronisé au Temple de la renommée médicale canadienne en 1997. Avec l’arrivée du Dr Gilles Tremblay en 1966 comme directeur du département, la recherche surtout en microscopie électronique et en histochimie connut une impulsion. De même, le Dr Gaétan Jasmin, tout en continuant l’œuvre de son prédécesseur, préconisa la recherche en milieu hospitalier.

En juin 1997, les départements d’anatomie et de pathologie ont fusionné pour devenir le Département de pathologie et biologie cellulaire. Cette nouvelle unité se caractérisait par sa double vocation clinique et fondamentale. Son corps professoral était composé de professeurs de clinique, de professeurs d’université ainsi que de chercheurs fondamentalistes et cliniciens, ce qui a permis de mieux répondre aux besoins de sa clientèle grandissante. Cette interaction entre la recherche fondamentale et la pathologie clinique a facilité la poursuite des transferts technologiques vers la pathologie diagnostique moléculaire et la recherche clinique en pathologie. En outre, plusieurs services de microscopie électronique, confocale, ultraviolette et numérique ont été restructurés afin de pouvoir être offerts non seulement aux membres du département, mais aussi à tous les chercheurs du campus et de l’extérieur du campus.

Tout au long de son histoire, le Département de pathologie et biologie cellulaire a su se distinguer par ses professeurs, ses chercheurs et ses cliniciens qui évoluent avec la discipline et qui ont su transmettre leur passion aux étudiants.

×